Tour de Corse en Kayak SOT
2013
Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_037
Notre tour de Corse en Kayak 2013.
 
CLAUDE, dit Coco
Vign_IMG_0743
Bonjour, je m'appelle CLAUDE et j'ai une soixantaine d'années. Le baroude, c'est ma passion. Mon truc à moi c'est repousser mes limites au maximum. J'ai un peu tout fait et j'ai surtout parcouru énormément de pays. Là, notre projet pour 2013 c'était le tour de Corse en Kayak.
 
ALAIN, dit Lélain
Vign_IMG_1299
Moi, c'est Alain, le plus jeune. Une petite cinquantaine. Mon truc c'est de suivre Coco. J'ai vécu pas mal de temps en Afrique. Et ce que j'aime c'est de mettre en pratique tout ce que j'ai pu y apprendre. J'adore l'extrême et tester mes limites. Du coup l'idée du tour de Corse en Kayak est vite devenue une réalité. Le kayak, je ne connaissais absolument pas. Je dirai même mieux, je n'en avais jamais fait auparavant. La seule fois où j'ai fait du kayak, c'est dans ma piscine pour tester la stabilité et la flottaison. Ne riez pas........ c'est la vérité et vous en aurez la preuve.
 
Une idée est née........

Février 2013, autour d'une table entre amis, Coco qui avait fait un peu de Kayak, lance : Et si on faisait le tour de Corse en Kayak. L'idée venait de naître et, de jours en jours, le projet allait prendre forme. Alors bien sûr au début nous étions 5 ou 6. Mais avec le temps, on s'est retrouvé à deux . Mais, l'avenir nous nous apprendra que c'est un projet qu'il faut réaliser en petit groupe.

Nous étions entre potes, attablés chez Bruno à l'Antistress à ANTIBES.

C'était décidé, on le fera à la fin du mois de Juin.

Coco, lui, avait déjà son kayak. En ce qui me concerne, il fallait que j'en trouve un.

Lors d'une discussion avec un ami, MARIO, je lui présentais notre projet. "Et bien ça tombe bien, me dit-il, j'en ai un que je n'utilise plus. Je te le donne." Encore merci à toi Mario.

La date de départ arrivait, et nous n'avions pas encore testé nos kayaks.

De toute façon maintenant il est trop tard, on ne peu plus faire marche arrière. On va faire le tour de Corse, sans avoir jamais testé nos bateaux. D'ailleurs, je n'ai JAMAIS fait de kayak.

 

 

 

 

 
Kayak Coco

Le Kayak de Coco : Il s'agit d'un kayak de chez RTM, modèle ABACO. C'est aussi un Sit On Top, un kayak de pêche.

Il mesure 4m20 pour 0m72 de large. Il pèse environ 34 Kg.

Il a les mêmes avantages et inconvénients que le Prowler 13. Mais sur l'eau il glisse moins bien. Le Prowler 13 est plus efficace.

Vign_Abaco
 
Kayak Alain

Mon Kayak : un Prowler 13 de chez OCEAN KAYAK. Il s'agit d'un kayak Sit On Top. C'et à dire qu'il est ouvert. Il mesure 4m10 de long pour 0.71 m de large. Il pèse environ 26 Kg.

C'est un kayak très stable par tous temps. En revanche, il est très lent et il a une grosse prise au vent.

Pour ce qui est du rangement, il y a ce qu'il faut avec la trappe à l'avant et le coffre ouvert à l'arrière.

PS : pour plus de détail, vous pouvez cliquer sur le lien.

Vign_sans-titre
 
Kayak de Coco chargé
Vign_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_100
 
Mon Kayak chargé
Vign_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_101
 
Remerciements à nos prédécesseurs

Pour la préparation de notre périple, nous tenons à remercier tout particulièrement :

Misterf39

et

Plusduntour

Nous avons visité leurs sites, pris contact avec eux pour profiter de leurs expériences.

La seule différence c'est qu'ils ont tous faits le tour de Corse en Kayak "ponté", alors que nous, nous allons utiliser des Sit On Top.

On nous a pris pour des fous en nous demandant pourquoi cette décision. Et bien la réponse était simple. Les seuls kayaks que l'on avait, étaient des SOT. Donc on sera les premiers à faire le tour avec ce genre de bateau.

 

On prendra le bateau de NICE pour BASTIA le 22/06/2013.

On mettra les kayaks à l'eau le 24/06/2013. On se donnera entre quinze jours et trois semaines pour faire le tour.

Nous avions tracé une route en se servant de l'expérience des autres.Le tour on le fera dans le sens des aiguilles d'une montre.

Nous serons en autonomie complète, bivouac et nourriture transportés dans nos kayaks. On ne va prévoir que quelques ravitaillements, surtout pour l'eau.

Le Matériel

Les tentes : Une chacun. Nous les avons choisi les plus légères possible. On a quand même pris des deux places pour y être à l'aise et pouvoir y ranger du matos contre l'humidité.

Couchage : Un bon duvet qui ne prend pas de place une fois plié.

Les Sacs étanches : Encore une fois il ne faut pas hésiter et prendre de la qualité. Il faut des sacs, des bidons et des pochettes étanches. On y mettra à l'abri de l'eau, les vêtements, le couchage, la nourriture, l'électronique et les cartes. Alors pour garder le tout à l'abri, il faut prendre du bon matos. En ce qui nous concerne rien n'a pris l'eau, absolument rien.

ELECTRONIQUE : Méga important.

  - GPS : Nous avions un GPS GARMIN.

  - Des chargeurs solaire. Nous n'avons pas été déçu de ceux que l'on avait. On a pu recharger, téléphones, Gps et appareil photo, régulièrement, tout au long du parcours

    Voici notre modèle : Freeloader Globtrotter Pro

  - Un Réflecteur Radar : Il 'agit d'un tube que l'on place sur le kayak. Grâce à ce tube on peut être visible aux radars. Il y a certains passages ou ça rassure de savoir que l'on peut nous repérer au radar.

    Voici notre modèle : Réflecteur Radar

  - Téléphones portables : Nous avions chacun un IPhone et nous avions acheté des coques étanches. Très efficaces.

  - Appareil photo : Pas utile pour la navigation, mais permet d'immortaliser de bons souvenirs.

    Voici notre appareil photo : Pentax WG 2 Gps 

Vêtements :

           -- Pour la navigation : shorty de kayak, Tee shirt, casquette, gants (Mitaines) et des chaussons d'eau.

           -- Veste coupe vent et kway

           -- Pour le bivouac : pantalon, short, tee shirt, sweat et maillots de bains.

Coin repas : Un réchaud, des gamelles complètes avec couverts et verre intégrés.

Nourriture :

          -- Midi et Soir : Des pâtes (Cuisson rapide 3 mn), des sardines, des œufs, un gros morceau de copa, du thon

          -- Petit déjeuner : Des pains aux laits, brioches, thé, café soluble, miel.

         -- Sur le kayak : lait concentré sucré, barres protéinées, biscuits.

EAU : L'essentiel, ce dont il ne faut jamais manquer. Nous avions chacun un bidon de 20 litres. Pour la navigation nous utilisions les camelbak pour boire sur les kayaks

Matériel divers : Toujours prévoir une rame de rechange. Nous avions également pris, une petite pelle, de la corde, un bon couteau, du matériel de pêche, du Sopalin, des mouchoirs en papier, des lingettes désinfectantes (très utiles pour se nettoyer les fesses après avoir ......)

Pharmacie : un bonne trousse de pharmacie, que l'on peut trouver chez Décathlon, des cachets pour le mal de tête, les maux de ventres, la digestions, des cachets Micropure pour la désinfection de l'eau, et SURTOUT NE PAS OUBLIER LA CREME SOLAIRE ET LA BIAFINE, des tubes lips pour les lèvres

 

 

 

 
Le Parcours
Vign_Corse
 
Etape par étape
 
Derniers préparatifs
Les kayaks sont prêts. La veille du départ on test les chargements. Je peux vous l'assurer ce n'est pas un exercice facile.
Vign_IMG_1276
 
Le jour du départ 24/06/2013
 
Plage de Casabianda. Soirée de la première étape

vign3_IMG_0705

vign3_IMG_0707

vign3_IMG_1277

vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_002

vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_003

vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_004

vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_005

vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_006
Première étape

 Arrivée sur la plage de Casabianda----------

Nous venons de terminer notre première étape. Elle fut longue et monotone, sur la côte Est, on ne fait que longer des plages immenses.

Alors on a navigué le plus possible en suivant les bouées des trois cent mètre.

Ce n'est que le début et ça promet.

On est assez déçu car on est loin du but que l'on s'était fixé.

C'était une mise en jambe. La technique de rame était assez médiocre et certainement peu efficace.

Météo :Le matin la mer était assez bonne, mais le vent c'est vite levé et dans l'après midi, l'eau devenait assez agitée.

 
Deuxième étape 25/06/13
Seconde étape

Arrivée sur la plage de Mignataja----------- 

Pour cette deuxième étape, on se trouve encore le long de la côte Est. Donc ce ne sont que de longues plages immenses.

Encore une fois nous sommes loin de notre objectif. Il va nous falloir plus d'étapes . En deux jours, on a pratiquement une étape de retard sur notre objectif. DUR !!! DUR !!!

La météo : Beau temps, peu de vent le matin mais il se lève en fin de matinée. L'après midi nous naviguons avec une mer agitée.

 
Troisième étape, 26/06/13
Troisième étape

Arrivée sur la plage de Fautéa--------------------

Enfin une étape, où l'on a bien ramé. On refait notre retard.

En milieu de matinée on a fait une petite pause sur une plage et on a demandé de l'eau à des touristes installés dans un cabanon en bordure de plage.

"Bonjour Madame, pourrions nous avoir un peu d'eau, si cela ne vous embête pas ???"

"Agh Ya, Bienzûr Mezzieurs. Servez vous avec le tuyau d'arrozageu !!!!!"

Super !!! on a eu droit à une eau infecte et imbuvable. Elle était infectée de bactéries et de petites bestioles qui y nageaient.

Heureusement le soir on est arrivé sur une petite crique magnifique, bien à l'abri.

Il y avait un petit camping où l'on a pu refaire les pleins d'eau et surtout prendre une bonne douche.

On y a rencontré des gens très sympas, avec qui on a papoté. Ils ont trouvé notre périple très intéressant .

Cliquer pour la visite : Camping FAUTEA

Météo : Dans l'ensemble la journée fût agréable, sans trop de vent.

 

 
Quatrième étape : 27.06.13
Quatrième étape

Départ de la petite crique de Fautéa.......

Réveil à 05h30 et on prend un bon petit déjeuner vers 06h00 du matin.

Après avoir plié le bivouac et rangé tout le matos dans les kayaks, on prend la mer vers 06h30.

On part avec une belle journée.

Aux alentours de midi, on fait une petite halte sur une minuscule crique, juste après le camping de Chiappa. Lieu, fréquenté par les nudistes.

On reprend la route vers la destination de notre étape. On va trouver un petit endroit pour le bivouac, juste après la baie de Santa Giulia, sur les criques rocheuses de Golf Porto Novo.

A partir de cette étape, on aura tous les soirs en guise d'apéro, Oursins et Arapèdes. Un vrai régal. il y en aura tellement, que l'on sera obligé d'en remettre à la mer après les avoir ramassé.

Météo : Mer calme le matin. Le vent de face se lève en début d'après midi. Le temps est au beau fixe, mais on ne souffre pas de la chaleur

Les Oursins et les Arapèdes, une bonne source d'énergie et de protéines
 
Cinquième étape : 28.06.13
Cinquième étape

Départ de la crique de Golf Porto Novo pour arriver sur une petite plage après le village de Ciappili et de la pointe de l'extrême sud de la Corse "Testa Grossu".

Nous venons de passer la pointe Corse et quittons la côte Est.

A partir du Golfe de Sperone, la navigation a été un enfer. La mer était très agitée et nous avions un fort vent de face.

Dommage car le paysage est magnifique. la traversée entre la côte et les îles Lavezzi est superbe. Il n'y a pas beaucoup de fond et l'eau y est cristalline . Nous avons navigué entre de très beaux bateaux. Mais en raison du vent, on n'a pas pu faire de photo. Il fallait ramer, ramer et encore ramer pour ne pas chavirer ou reculer. 

Pour la fin de l'étape nous avons bivouaquer sur une belle plage après le village de Ciappili.

Météo : Un belle journée. Mais encore une fois en début d'après midi, nous avons eu un gros vent de face.

 
Sixième étape : 29.06.13
 
Juste pour essayer de vous donner une idée de la houle
UN
vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_070
DEUX
vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_068
TROIS
vign3_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_069
Sixième étape

Départ de Ciappili, pour rejoindre une petite crique dans la partie nord du Golfe de Ventilegne.

Comme à l'habitude on part très tôt le matin. On essaie de prendre la mer vers 06h30.

On a compris que c'est dans la matinée que la météo est clémente. De plus on ne rejoint plus la côte pour la pause de mdi. On perd trop de temps. Maintenant on grignotera un petit bout sur le kayaks.

On fera le maximum de route en début de journée.

Cette 6ème étape sera l'étape de la peur, de la colère et du découragement ...............

Tout d'abord nous naviguions tranquillement, enfin presque, avec une mer relativement houleuse (2.50 m de houle). Nous devions être au large de SECCA.

Comme nous ne faisions plus de pause sur la côte, il fallait assouvir nos envies d'uriner sur les kayaks. Personnellement avec mon kayak, ce n'était pas une tâche facile. J'avais donc bien placé mon kayak face aux vagues, avant de poser la rame et de me pencher sur le côté pour uriner. Je ne me suis pas rendu compte que le kayak avait tourné et que je me retrouvais parallèle aux vagues. Grave erreur que j'ai payé cache. En un dixième de seconde mon kayak a chaviré et je me suis retrouvé à l'eau. Nous devions être à un bon kilomètre des côtes avec une mer bien agitée. J'ai juste eu le temps d'entendre Coco qui me disait. "J'arrive". J'ai réussi à retourner le kayak et à remonter dessus très rapidement. Heureusement que je n'avais pas lâché la rame, on ne l'aurait jamais retrouvé. Lors de ce chavirage, je n'ai perdu que ma canne à pêche. Tout le reste était bien arrimé et rien n'a pris l'eau. Ca comme même était un peu tendu. La mer devenait de plus en plus agitée avec un gros vent de face.

Nous nous sommes rapprochés des côtes pour trouver en endroit où accoster.

Finalement nous avons trouvé une petite crique dans la partie nord du Golfe de Ventilegne.

Le vent devenait de plus en plus fort.......

 
Septième étape : 30.06.13
Septième étape

Départ du Golfe de Ventlegne pour terminer sur une petite crique dans le Nord du Golfe de Mortolli après la plage de Tradicettu.

Une étape où nous partons vers 06h00 du matin.

Nous avons eu beaucoup de vent dans l'après midi. Nous avons longé les côtes mais la partie n'était pas facile. La mer, entre la côte et les brisants est assez agitée avec des courants contraires. Hors de question de lâcher la rame, sinon on le paie cache et  on recule. Mine de rien, nos kayaks ont une sacrée prise aux vents.

Météo : Temps ensoleillé et peu de vent dans la matinée. Dans l'après midi le mer se lève avec le vent.

 
Huitième étape : 01.07.13
Huitième étape

Nous allons naviguer en direction de la baie de Orzo Cove, et nous bivouaqueront dans une petite crique avant la pointe du Cap di Muro.

A l'arrivée de cette étape, nous aurons une mission : faire le plein d'eau. Nous avons repéré quelques maisons sur les hauteurs de la côte, mais il va y avoir de la marche à faire.

Sur la route nous allons rencontrer un couple, qui, comme nous, fait le tour de Corse en kayak, mais dans l'autre sens. Ils ont d'immenses kayaks, mais ils sont peu bavards, alors on continue notre quête d'eau. 

Après une bonne heure de marche, nous arrivons aux maisons isolées. Nous sommes accueillis par de jeunes touristes du Jura. Nous avons pu faire le plein d'eau fraiche. Puis en bonus nous avons eu droit à une bonne bière bien glacée. Nous avons été adorablement reçus par ces gens. Après avoir un peu papoté, il a fallu envisager le retour aux kayaks. mais nous avions chacun les bidons avec 20 litres d'eau. La tâche ne va pas être facile avec la fatigue, la garigue à traverser et le poids supplémentaire.

Ce qui devait arriver arriva, le bidon de Coco s'est percé. En arrivant au bivouac, il avait déjà perdu au moins 2 à 3 litres.

A partir de ce moment, il nous a fallu placer le bidon la tête en bas pour que le bidon ne fuit pas trop. L'eau il faut penser à l'économiser.

Nous sommes arrivés au bivouac avec un magnifique coucher de soleil. Je pense que nous avons passé une bonne nuit, malgré la roche sous les sacs de couchage

Météo : Dans l'ensemble nous avons eu une météo agréable avec beau temps et peu de vent

 

 

 

 
Neuvième étape : 02.07.13
Neuvième étape

Pour cette étape nous allons prendre la direction de la baie d'Ajaccio.

Aujourd'hui, sera une journée pour le ravitaillement, les vivres commencent à manquer.

Pour une fois nous n'allons pas traverser la baie de cap en cap, mais on va se rapprocher le plus près de la ville.

La traversée de la baie ne va pas être aisée, il va falloir faire très attention aux bateaux, petits, moyens et très gros .

D'autant que certains navigateurs  on l'air de s'amuser lorsqu'ils nous voient mal mener comme des coquilles de noix sur la mer, derrière leurs sillons. 

Finalement nous allons accoster sur une belle plage, où les baigneurs nous regardent hagards, avec nos kayaks hyper chargés et nos têtes pas très fraîches.

Après avoir rangé les kayaks sur la plage nous nous dirigeons vers un beau restaurant.

Dans un premier temps, nous avons eu peur d'y être refoulé, bien au contraire, nous avons été très chaleureusement accueillis.

Nous avons pu reprendre des forces et des protéines avec de la bonne viande, des frites et une bière.

Le patron du restaurant nous a commandé un taxi et nous a fait garder les kayaks devant sa plage.

Une fois en ville nous avons fait le plein de courses et nous y avons pris un café sur une terrasse.

Mais on n'a pas tardé, il ne fallait pas prendre goût au luxe. Les kayaks nous attendaient et la route était encore longue, très longue........ 

Nous sommes revenus à la plage et nous avons repris la mer , après avoir remercié le patron de la plage "Le Week-End"

Cliquer  ICI pour la visite de la plage " Le Week End "

Nous avons navigué jusqu'à une petite crique situé sous l'hôtel Garden Beach, pour y passer la nuit. D'ailleurs il s'agissait de la plage de l'hôtel, mais à l'heure où nous y sommes arrivés, il n'y avait personne. SI ........... la mer était infectée de petites méduses violettes !!!!!!!!!

Météo : Temps ensoleillé avec toujours un vent de face en fin de matinée.

 

 
Dixième étape : 03.07.13
Dixième étape

La plage des désillusions .....

On quitte Ajaccio, après avoir fait le plein de ravitaillement et on prend la direction du Golfe de Lava. 

Mais en arrivant, je m'étais trompé dans les calculs. J'étais persuadé que nous étions dans le Golfe de Porto.

Ce n'est que le soir en vérifiant sur la carte et le GPS, que je me suis rendu compte que nous étions que dans le Golfe de Lava. 

Ca m'étonné d'avoir fait autant de distance en si peut de temps. Pour cette étape nous n'avons navigué que 06h30.

Sur la route nous avons été contrôlé par les Gendarmes. Nous n'avions pas les Kayaks immatriculés. Moins une et on se prenait une amende, mais bon on a réussi à ne pas se la prendre. Gratter deux kayaks, avec tous ces abrutis qui naviguent comme des imbéciles sur la mer, ça aurait été rageant

Sur la route nous avons croisé un pêcheurs qui relevait ses filets. Un beau poisson qu'il n'a pu ramasser, restait à la surface. C'était une belle Saupe, bien fraîche. Nous l'avons ramassé, pour notre prochain repas. ON S'EST REGALE !!!!!!!!!

Nous avons trouvé une belle crique bien isolée, où nous croyions êtres seuls. Et non, nous y avons rencontré une belle couleuvre et un beau troupeau de vaches se trouvait juste au-dessus de nous.

La météo : Nous avons passé une journée agréable, sans vent et avec un beau soleil.

 
Onzième étape : 04.07.2013
Onzième étape

Départ du Golfe de Lava pour terminer l'étape sur une plage de galets au Cap Rosso. Nous sommes aux portes du Golfe de Porto, que nous ne traverserons que demain.

Nous débarquons sur une plage où la mer a rejeté un beau bateau complétement broyé.

Nous avons quand même pu récupérer les matelas dont nous allons nous servir pour éviter de dormir à même les galets.

Le bidon d'eau de Coco étant vraiment mort, nous ramassons un vieux bidon que nous allons laver et laver et laver et encore laver avec l'eau de mer. Le résultat ne sera pas concluant. L'eau sera imbuvable. On s'en servira uniquement pour se rincer.

Météo : Encore une journée sans trop de vent et avec un beau soleil

 

 

 
Douzième étape : 05.07.13
Douzième étape

On quitte le Cap Rosso et l'on va traverser la réserve de la Scandola. C'est un site très protégé et très surveillé, on ne pourra pas y bivouaquer. On va décider de terminer l'étape à Girolata.

Nous partons de bonheur, 06h30 avec une mer assez calme. Mais le vent se lève vite. on se met au large et on rame, on rame.......

Lorsque dans l'après midi je regarde le GPS, qu'elle stupeur, on a passé Girolata et on se trouve en plein milieu de la réserve.

Hors de question de faire demi tour, on en a trop bavé pour arriver jusque là. Alors on continue et on avisera. Le vent devient de plus en plus fort. Il faut que l'on se rapproche de le côte pour trouver un endroit où débarquer.  Vers quatorze heurs on aperçoit une petite plage bien à l'abri. On va y débarquer.

On arrive sur une plage de petits galets, elle est magnifique, SI ON SAVAIT....

Il y a une petite grotte pour se mettre à l'abri, avec un panneau nous prévenant que nous sommes dans la réserve de la Scandola , SI ON SAVAIT...

C'est décidé, on est trop fatigué, on va planquer tout le matos et ce soir on bivouaquera là, SI ON SAVAIT.......

L'endroit est splendide et l'eau d'une limpidité incroyable, SI ON SAVAIT......

Nous sommes seuls au monde, seuls des bateaux avec des touristes font le tour de la crique, SI ON SAVAIT.....

L'endroit est calme et serein, l'eau est un lac, alors qu'au large le vent souffle très fort, SI ON SAVAIT.......

SI ON SAVAIT, SI ON SAVAIT, SI ON SAVAIT..........

Et pourtant on aurait du s'en douter, à 16h00 arrivent les gardes côtes dans leur bateau.....MAINTENANT ON VA SAVOIR.......

"Bonjour messieurs, vous ne penser pas bivouaquer là ?" "Et bien c'est à dire que nous sommes exténués, la mer est déchaînée, on ne peut pas...." "Non, vous ne pouvez pas rester ici" "On va faire discret et demain on partira de très bonne heure" "Non Messieurs, ce n'est pas possible, s'il doit y arriver d'autres kayakiste, je vais leur dire quoi ?? Vous devez reprendre la mer et retourner vers Girolata, vous aurez le vent dans le dos et moins de route à faire" "Hors de question, nous on va dans l'autre sens" Bon alors allez y et vous pourrez bivouaquer dans la baie de Focolara. Mais longez au maximum les côtes pour vous mettre à l'abri du vent"

MAINTENANT ON SAIT, IL FAUT REPRENDRE LA MER AVEC UN VENT DE FOU........

Dés que l'on sort de la baie, on se prend le vent de face. la mer n'est pas très déchaînée, mais les vagues sont cassants et très proches les unes des autres.

Nous avançons très doucement, il hors de question d'arrêter de ramer, même pour se reposer un instant.

Nous allons passer entre la côte et l'île de Gargali. Il y a un impressionnant courant. des bateaux chargés de touristes passent par ce canal également. Les gens nous regardent  hébétés. Ils doivent nous prendre pour des fous. Tous nous encourage en faisant des signes et en levant le pouce. 

On arrive à hauteur de l'île de Gargali, puis on bifurque sur la droite. Et là miracle il n'y a plus de vent. la mer bouge encore, mais il n'y a plus de vent. Enfin on peut respirer. On va encore naviguer jusqu'à la baie de Focolara où l'on débarquera après vingt heures. On est complètement exténué mais heureux d'avoir pu avancer.

On ne va pas le regretter, la plage est sympa et le soir on aura droit à un magnifique couché de soleil.

Il paraît que la réserve de la Scandola est magnifique , mais nous on a absolument rien vu.

De toute façon est pas venu faire du tourisme, mais un parcours sportif. Ca aurait été tellement agréable de traverser cette réserve en kayak, le plus proche possible de la côte.

Ce n'est pas grave, on continue.

Météo : Inutile de vous dire que l'on a eu une météo exécrable. Un ciel très dégagé mais un vent de face énorme.

 
Treizième étape : 06.07.13
Treizième étape

On quitte la baie de Focolara pour terminer l'étape dans une crique du golfe  d'Oglistriccia .

Première mission de cette étape c'est de trouver de l'eau. Nos réserves sont vides, il ne nous reste tout au plus deux litres. Ca fait déjà deux ou trois jours, que l'on gère l'eau. On se lave uniquement avec des lingettes et on se brosse les dents avec très peu d'eau. Même pour la cuisine, on a fait cuire les pâtes avec de l'eau de mer.

Cette quête d'eau va nous faire découvrir un endroit magnifique et des gens tout aussi accueillant.

En début de matinée, vers 08h30 après deux heures de navigation, nous allons débarquer sur un petit coin de paradis, la plage de Galéria.

Nous déposons les kayaks sur la plage et nous allons prendre un super petit déjeuner complet à "la cabane du pêcheur" Un ptit resto super sympa, les pieds dans le sable et de gens adorables. Pour visiter "la cabane du pêcheur", cliquer ICI

Nous avons pu refaire le plein d'eau bien fraîche et après voir repris des forces, c'est avec beaucoup de regret que nous quittons Galéria et "la cabane du pêcheur". mais la route est encore longue.

Nous allons naviguer avec un mer assez tranquille. Nous pourrons longer la côte et passer dans des endroits splendides avec une eau turquoise.

Finalement le soir nous allons débarquer dans le Golfe de Ogliastriccia et nous bivouaquerons dans la crique de La Revellata. 

Météo : Peu de vent et un temps bien ensoleillé

 
Quatorzième étape : 07.07.13
Quatorzième étape

 L'étape de la peur !!!!!!!!!

Départ de la crique du Golfe d'Oglistriccia pour se rendre dans la crique de la Marina de Davia.

Lors de cette étape nous allons traverser la grande baie de Calvi. Durant cette traversée le vent de face  va se lever et nous rendre la fin de cette traversée assez difficile. Nous arriverons sur le cap de Punta Spanu, où nous ferons une pause.

En reprenant la mer, nous sortons de ce petit cap où nous étions bien à l'abri. Nous passons entre la côte et une petite île et là nous prenons le vent de face avec une mer très agitée. La progression est très difficile. Nos kayaks sont malmenés et nous prenons énormément d'eau. je suis devant et lorsque je me retourne pour voir Coco, il se trouve dans les vagues et je ne le vois pas. Nous longeons les côtes à la recherche d'un abri.

Il y a des gens qui sont sur les rochers et qui nous regardent, hagards, en ce demandant certainement d'où arrivent ces deux fous.

Je regarde la côte et je ne vois que des rochers. Dés qu'on relâche l'attention, le kayak se place de travers avec le risque à tout moment de se faire retourner par une vague. Les vagues sont de plus en plus rapprochées et sont cassantes.

Heureusement on aperçoit une petite crique dans laquelle on va s'engouffrer pour se mettre à l'abri. Même l'accès à cette crique est sportif, tellement il y a du vent. Il est environ midi.

Nous jetons les kayaks sur la plage et suivons un petit chemin. Après 30 minutes de marche :  Quelle chance nous sommes à la Marina de San Ambrogio. Nous allons pouvoir, nous reposer, nous restaurer, bien boire et faire un petit ravitaillement.

Nous retrouvons les kayaks et reprenons le mer aux alentours de 17h00. Il y a de la houle mais le vent est tombé.

Nous allons continuer notre route jusqu'à la marina de Davia où nous passerons la nuit.

Il y a beaucoup d'habitation autour. Cette nuit on va la passer à la belle étoile, on ne va prendre le risque de monter les tentes et de se faire remarquer.

Météo : Un gros vent de face, une mer très agitée et le ciel dégagé.

 

 
Quinzième étape : 08.07.13
Quinzième étape

Départ de la Marina de Davio pour la plage de Losari

C'est encore une journée avec du vent. On ne naviguera que trois heures. Vers 09h30, on va débarquer sur l'extrémité nord de la plage de Losari.

En fin de journée on s'apercevra que l'on se trouve du côté de la plage de nudistes.

On sera bloqué toute la journée sur la plage, le vent ne faiblira pas, bien au contraire.

Du coup à midi on ira se manger une bonne viande (un tartare haché au couteau)  au restaurant "Vava'u plage". Pour visiter le restaurant, cliquer ICI

Finalement nous aurons eu une journée de repos qui nous fera beaucoup de bien.

Le soir on pourra même se laver à poil, au milieu des nudistes. D'ailleurs un couple est  venu nous voir et nous avons pu leur raconter notre périple. Ils étaient très sympa et semblaient intéressés par notre voyage atypique.

 
Seizième étape : 09.07.13
Seizième étape

L'étape la plus longue.

Après une journée de repos et une bonne nuit, nous quittons la plage de Losari vers 06h00 en direction de la plage de Nonza. Nous ferons une petite halte de 30 minutes à la plage du Loto.

Nous allons profiter d'une journée sans trop de vent . Les organismes, bien reposés, nous allons faire de cette étape, la plus longue.

Nous allons longer le désert des agriates avec les belles plages de sable blanc, de Sallecia et du Loto.

Après une petite pause à la plage du Loto, aux abords du Golfe de St Florent, nous reprenons la mer pour traverser ce golfe et débarquer sur la plage de galets noirs de Nonza.

Un belle et longue étape qui nous a fait beaucoup de bien au moral. Mais surtout, elle nous a fait gagner du temps sur nos prévisions.

Météo : Peu de vente et un ciel bien ensoleillé.

 
Dix septième étape : 10.07.13
Dix septième étape

Pour cette étape, on va quitter la plage de Nonza, pour se diriger vers le cap Corse. On va donc remonter le doigt de la Corse par la côte Ouest.

Une étape que l'on va aborder avec angoisse, car tout le monde nous avait prévenu que l'on allait certainement avoir beaucoup de vent au passage du Cap Corse.

On est donc parti très tôt pour naviguer le plus possible la matin, où le vent est le moins violent.

Plus nous avancions, plus nous attendions le vent, qui en fait ne s'est jamais levé. Si légèrement, mais un vent favorable, dans le dos.

Durant cette étape nous allons faire une pause sur un beau rocher, couvert d'algues, sur lequel nous allons nous échouer avec les kayaks.

L'endroit est rempli d'arapèdes, plus grosses les unes que les autres. Nous allons en faire un festin.

Nous reprendrons la route pour traverser le cap Corse avec une mer très calme et nous accosterons sur la côte juste avant les premières plage de la baie de Macinaggio.

Coco qui aura installé sa tente en équilibre trop proche de la mer sera réveillé vers 02h00 du matin avec l'eau qui pénétrait dans sa tente.

Météo : Peu de vent et temps ensoleillé.

 
Dix Huitième étape : 11.07.13
Dix Huitième étape

Lors de cette étape, on terminera de franchir le cap Corse et on va entamer notre retour par la côte est.

Nous aurons une chance inouïe, car le cap se passera comme une lettre à la poste. Pas un brun de vent et la mer calme comme un lac.

Enfin, il était temps : Eole était de notre côté.

Nous commençons à être bien fatigué. Je pense que ça se lit sur nos visages. La mer étant calme, nous allons naviguer au plus proches des côtes. De ce côté, il n'y a pas de grand cap à franchir. La côte est assez rectiligne.

Le soir nous débarquerons sur la plage d'Erbalunga. Il y a du monde, mais on s'installera à l'extrémité sud, de la plage.

Météo : Pas de vent et très beau soleil.

 
Dix Neuvième et dernière étape : 12.07.13
Dix Neuvième étape
Vign_IMG_0790

Notre dernière étape. On quitte la plage d'Erbalunga pour rallier l'arrivée sur la plage du Camp de Cap Sud.

Pour cette étape nous allons avoir une dernière difficulté, et non des moindre, ça va être la traversée de l'entrée du port de Bastia. Il va falloir jongler entre les ferrys qui entrent et ceux qui sortent. Je vous assure lorsque l'on passe à côté, on est tellement ridicule.

Une fois  la ville de Bastia, passée, on longera la plage de l'étang de Biguglia. Cette plage est sans fin. On s'y arrêtera pour déjeuner, prendre quelques photos et dédicacer un petit message personnel.

Notre objectif premier est d'arriver à l'embouchure du Golo. Encore une fois on va avoir l'impression de ne jamais y arriver.

Une fois cette embouchure franchit, on va rallier l'arrivée, sur la plage du Camp de cap Sud.

Sur la plage on sera accueilli par Jean Claude. Il a l'air heureux, comme si lui aussi venait de faire le périple. Il aurait tellement aimé la faire en notre compagnie.

Nous on était tellement épuisé, que l'on a fait qu'une seule Photo. Puis on a vidé les kayaks avant de les charger sur le 4X4 et de rentrer enfin à la maison.

Pour résumer notre Tour de Corse 2013, en kayak
Vign_Tour_de_Corse_en_Kayak_2013_041

Notre tour de CORSE en kayaks, ça aura été :

-Deux copains

-Une idée folle

-En kayaks SOT, peut être une première

-19 jours

-Environ 680 kilomètres

-Entre 8 à 10 heures de rame par jour

-Environs 45.000 coups de rame

-Des paysages magnifiques

-Des gens adorables

-Des rires

-Des cris

-Du découragement

-Des émotions

-De la fatigue

-De la colère

-De la joie

-Du bonheur

-Des douleurs

-De la solidarité

-De la volonté

-Du partage

-Du vent, du vent et encore du vent.....

-Mais surtout la joie d'avoir réussi notre projet.

 

                                                                                                                                            Coco et Alain

 

 

 

 

 
Laissez vos commentaires
Jean Michel
18/06/2018 13:32:59
Bonjour Après cette expérience ,pas dégoutté de la rame....Très belle expérience en tout les cas.... Je me pose la question, y-a-t'il un sens préférable pour pour rencontrer plus de vent favorable ( dans le dos ou portant ), Les vents dominant sont peut être différent de la côte Est et ceux de la côte Ouest ? Pour pouvoir profiter d'une voile d’appoint......plus souvent. Quelle carte aviez vous pour avoir le détail des criques et des plages accessibles ? J' ai également un GPS Garmin aviez vous une carte spéciale dans le GPS ? Merci d' avoir fait ce reportage d' une grande utilité pour ceux qui veulent se préparer cette expédition. Bien cordialement
Alain
19/01/2018 22:19:15
Bonjour César, Tout d'abord merci pour vos commentaires. Effectivement ce fût une magnifique expérience. L'une de mes plus belles aventures. En ce qui concerne l'eau potable, nous avions chacun un réservoir souple de 20 litres. Nous le remplissions au fil du périple, sans aucun problème. Que ce soit chez des particuliers ou des restaurants de plages. D'ailleurs nous avons toujours été très bien accueilli, par les locaux et les touristes.. Oui le bivouac est interdit mais avec nos kayaks nous trouvions souvent des criques inaccessibles de la terre et donc tranquilles. Puis si nous devions dormir sur une plage, nous nous placions aux extrémités et montions les tentes en fin d'après midi. Le matin on les avait repliées entre 6 et 7 heures. Nous n'avons jamais rencontré de problème de ce côté là. Il faut bien-sur éviter les réserves, strictement interdites et bien surveillées (ce qui en soit est normal). Par contre nous sommes allés en Corse en bateau et les kayaks étaient chargés sur la voiture ( un pic-up). Si vous le pouvez tentez cette aventure, vous ne le regretterez pas. Si vous désirez plus de renseignements vous pouvez me contacter sur mon adresse mail : kouakou@libertysurf.fr Bien cordialement
César
16/01/2018 17:18:02
Bonjour,  Bravo pour votre périple extraordinaire. C'est une aventure a la Sylvain Tesson, Captivante et Courageuse !!  J'ai 19 ans et j'ai déjà assez d'expérience dans le kayak, j'ai le diplôme d'initiateur Federal et j'ai un peu encadré. Cependant je n'ai encore aucune expérience en ce qui concerne" l'art de la Baroude". J'ai un kayak ponté que j'aimerai emmener pour faire le tour de la Corse mais je me demande de quelle manière je vais pouvoir trouver et porter de l'eau potable ? Etait-ce un problème pour vous ? Est-ce que vous avez rencontré des pb lors de vos bivouacs ( on me dit que c'est interdit et c'est bien dommage).  Enfin, comment avez-vous fait pour le transport de voter bateau depuis l'aéroport ? Aviez-vous un petit Chariot ?  Merci de prendre le temps de répondre à mes questions !!  Bien à vous !!
lionel denali73
03/05/2015 10:21:22
bonjour , j'ai également fait le tour de corse en 2013 mais dans le sens inverse . Non , ce n'était pas nous les gens peu bavards ( LoL ) . Nous avons mis 13 jours pour boucler le périple , mais avec des kayaks pontés , beaucoup plus maniables et rapides que les vôtres . Du coup , je peut vous dire ayant déjà testé le sit on top , que ce n'est pas le même sport . Comme le dit Johanna , vous avez du vous fumer les bras . Bravo à vous deux , j'adore votre façon de voir les choses ( on part à l'aventure sans avoir testé les embarcations , il faut effectivement déjà avoir un peu baraoudé pour se le permettre ) .
patbreizh56
29/04/2015 19:36:36
je viens de regarder l'exploit de votre tour de corse en Kayak !! Châpeau !! Respect !! Moi j'ai effectuer l'année dernière le tour de la Grande Ile de Mayotte dans l'océan Indien avec mon fils  en quatre jours !en pagayant en gros huit heures par jours ! C'était ma première expérience aussi longue en Kayak . Nous étions en autonomie complète avec bivouac sur les plages le soir . Nous avons passé un super moment !! Nous n'avons pas été aussi balloté que vous par la houle !  Bravo à vous  !! J'aimerais réaliser cet exploit , il faut que j'étudie ça de prêt ! Merci du récit et des photos qui l'accompagne !!
Alain
22/04/2015 22:51:58
Salut Steve, merci à toi. C'est une très belle expérience à vivre. Si tu as besoin de quelques renseignements que ce soit, n'hésites pas à nous contacter. On pourra te faire partager notre expérience et répondre à tes questions. Voici mon adresse mail : kouakou@libertysurf.fr
steve cote d or
24/03/2015 17:38:00
je suis en admiration devant cet exploit avec des kayak ouvert car la prise au vent est importante surtout avec les courants, j en ai moi meme fait l experiance sur des petits parcours ;je pense faire le tour avec un amis cet été, mais avec des kayak fermes ;encore bravos a vous deux
Gérard
12/03/2015 20:35:30
Voilà bientôt 2 ans que vous avez fait cet exploit, faudrait penser à le refaire dans l'autre sens. Alors courage à tous les deux. Amitiés.
Gérard
19/08/2014 22:53:21
Lélain et Coco. Génial ce reportage. Belles photos. Encore félicitations à vous deux. Cà donne envie de faire du kayak. Elle est trop belle La Corse.
Joel
06/08/2014 16:19:32
Bravo un formidable périple.
first prev 1 2 next last
Commentaires
 
C'est notre région
Agrandir la carte
  ANTIBES
France
© 2014
Créer un site avec WebSelf